Ardestop (Naïm Abdelhakmi)

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Biographie

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Ardestop a commencé sa recherche artistique en tant que plasticien en étudiant les Beaux-Arts. D’abord peintre et photographe, il devient sculpteur et vidéaste pour des installations. Ardestop entre dans le milieu du spectacle par la grande porte de La Rue par une amitié forte avec le Pudding Théâtre. Cette amitié le pousse à faire naître avec trois amis la Cie Lesurbaindigènes pour quatre créations dans l’espace public, dans lesquelles on retrouve le désir et la passion de dompter l’espace public en espace de jeu avec les hauteurs et les contraintes. C’est là que le parcours acrobatique, la cascade, la danse et le jeu d’acteur prennent place dans sa démarche artistique. Après sept années de créations et de joyeux délires, Ardestop quitte Lesurbaindigènes pour monter sa propre compagnie éponyme : l’occasion idéale de mettre au centre de son écriture des médiums tels que la spécialisation sonore, la vidéo-projection, la réalisation de films courts au service de ses créations (B4T4RD5 en 2016 puis In-Mortem en 2018. Ardestop se questionne sur la place de l’art au service des questions de Société et de son avenir, dans tous les espaces où la parole et le corps peuvent s’installer, notamment en proposant aux spectateurs une invitation aux sensations et aux émotions dans des lieux improbables ou inventés, même détournés. Ardestop aime ne donner aucune réponse pour plutôt questionner les gens là où la pensée n’a plus de prise.

 


Les projets de Ardestop (Naïm Abdelhakmi)

Europes

Afficher l'image de fond