Julien Tortora

Julien Tortora


J
ulien Tortora a autant de projets sous les doigts qu’il y a de touches sur son piano !
Jonglant avec les notes pour dénicher
dans les interstices un langage bien à lui, il vise en plein cœur son auditoire. Friand d’utopies mais bien ancré les pieds sur Terre, il se plaît à raconter, parfois en « si », parfois en « là », comment les gens transforment le monde, pour peu qu’ils et elles soient engagé·e·s dans une cause juste. Particulièrement conscient du temps qui court et de l’importance de la transmission, il adapte ses propositions artistiques aux plus jeunes, qu’elles parlent d’espèces en voie d’extinction, de rébellion contre le pouvoir politique ou d’une autre façon d’organiser le monde.

Inspirer pour demain : un beau programme que Julien a commencé avec Phusis –
Fourier revient (2017), qui fait écho à l’utopie de Charles Fourier, Dead as a dodo (2019), un hommage musical aux espèces disparues, ou encore – derrière la caméra – un documentaire vidéo co-réalisé : Lettre à G. – repenser notre société avec André Gorz (2018). En 2021, il réalise la musique de la pièce de Beaumarchais, La mère coupable, mise en scène par Laurent Hatat. En 2022, il crée la musique de Monuments, porté par Vaguement compétitifs et Stéphane Gornikowski. Titulaire d’un master de philosophie, du diplôme national d’orientation professionnelle piano jazz, d’une formation en analyse, écriture et composition classique avec Vincent Paulet, il bénéficie d’une bourse de compagnonnage FAMDT en musiques traditionnelles afro-cubaines auprès d’Emmanuel Massarotti.

Un temps enseignant de jazz au conservatoire de
Lille, aujourd’hui pianiste dans une dizaine de formations – notamment le collectif de musique latine La Cantina qu’il co-dirige – Julien Tortora travaille ponctuellement en collaboration avec Expressive E – entreprise factrice d’instruments innovants.

Photo : NAM ART PHOTOGRAPHY

Dossier artistique

Bio-Julien Tortora

Suivez nos actualités en vous inscrivant à notre newsletter