Rozenn Le Berre

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Biographie

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Rozenn Le Berre tient rarement plus d’un an dans un même boulot alors elle en teste plein : conductrice de vélo-taxi, animatrice en centre de loisirs, rédactrice pour la presse people, ludothécaire, éducatrice, vendangeuse, enquêtrice par téléphone. Elle a aussi été bénévole en prison et dans les campements de Calais.

Entre-temps, elle écrit sur le monde qui l’entoure, avec un intérêt particulier pour les thématiques liées à l’exil et à la vie quotidienne. Elle commence avec la presse pour enfant et la presse régionale, remplit beaucoup de carnets puis publie son premier livre en 2017 aux éditions La Découverte, De rêves et de papiers. Elle co-adapte ce livre pour le théâtre avec la pièce Bureau des exils, portée par la compagnie 13R3P.

Comme écrire lui plaît de plus en plus, elle a un deuxième livre en préparation, ainsi qu’un scénario pour la télévision. Elle travaille aussi comme journaliste pigiste pour différents médias.

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Interventions artistiques

Les ateliers de Rozenn Le Berre

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Les ateliers d’écriture proposés par Rozenn sont orientés autour des récits du réel à la première personne, dans la veine de la narrative non fiction. L’idée est de se déplacer sur un lieu pour observer, rencontrer, puis, dans un deuxième temps, se poser pour raconter. Comment transformer un achat de baguette à la boulangerie en aventure littéraire ? En observant les détails, du grain de beauté sur la tempe de la boulangère aux céréales étouffant dans la mie. En prêtant attention aux odeurs, de la tarte aux fraises au déodorant trop piquant du client suivant, aux couleurs, du tablier du boulanger au sol strié d’empreintes de chaussures boueuses. En jouant aussi à déstabiliser la mécanique du quotidien, par une phrase inattendue, cassant la routine de cet espace si codifié, pour voir ce qu’il se passe. Si une phase d’observation n’est pas envisageable, on peut travailler sur un souvenir, que ce soit un événement de l’enfance ou le petit-déjeuner de la veille.

Après la phase d’observation/souvenir, le passage à l’écriture se fait à l’aide de plusieurs jeux littéraires, afin de guider les participant.e.s dans leur récit. Il sera alors l’occasion de découvrir quelques formes littéraires originales, en nous appuyant sur les textes de différent.e.s auteur.e.s. Le réel n’existe pas en soit, c’est le regard subjectif posé sur lui qui le fait exister. En atelier, on cherchera à faire émerger par les mots ce réel intime, souvent camouflé derrière l’apparence anodine d’un quotidien qu’on croit objectif, collectif et souvent indigne d’intérêt.

Les ateliers peuvent être menés avec des personnes allophones. On jouera alors davantage avec les langues d’origine et l’esthétique des mots (textes multilingues, calligrammes, sérigraphie, etc.). Ces ateliers peuvent être menés en binôme avec une plasticienne, afin d’avoir un résultat final alliant textes et illustrations : petit livre, affiche, etc.

Des ateliers jeune public de journalisme peuvent être également proposés : Comment définit-on un sujet ? Où trouve-t-on les personnes à interviewer ? Quelles questions leur pose-t-on ? C’est quoi « un angle », « un ours », « une coquille » ? Pas facile, d’être journaliste ! Dans cet atelier, on essayera de tout comprendre sur la rédaction d’un article, de la définition du sujet en conférence de rédaction à l’impression dans le journal !

Quelques exemples :

Jeunes d’Ici : Jeunes d’ici est une rencontre entre des élèves de primaire et de jeunes exilés. Rozenn Le Berre, Amandine Dhée et Julie Kisylyczko ont proposé dans un premier temps à des jeunes exilés d’écrire ou de s’exprimer sur les notions de liberté, égalité, fraternité et droit à l’éducation. Un livret a été réalisé à l’issue du projet et comprend les textes des personnes exilées et les illustrations des élèves réalisées en sérigraphie. Jeunes d’ici est un projet mené par la Générale d’Imaginaire en 2016-2017 dans la métropole lilloise et dans l’Artois en marge du spectacle Les Gens d’Ici. En savoir plus…

Pas de Quartier : Pas de Quartier est un projet de réalisation d’affiches engagées, imprimées en sérigraphie, avec des collégiens d’une classe UPE2A du collège Jean-Baptiste Lebas à Roubaix. Trois affiches ont été pensées, dessinées et composées (texte et images) par les élèves lors de quatre heures d’ateliers en classe. Ils et elles les ont ensuite sérigraphiées en direct, invitant les passant.e.s à se joindre à eux, lors de l’événement Pas de Quartier pour les Inégalités, organisé par l’Afev. Projet porté par l’association Aradoc en partenariat avec l’Afev.


Les projets de Rozenn Le Berre

Jeunes d’ici

Afficher l'image de fond