Cette saison, en 2017-2018, Les deux Sophie (Affholder et Boulanger) repartent dans le Valenciennois à la recherche de nouveaux Livres Vivants ! Une Bibliothèque Vivante a eu lieu le 18 novembre au Centre Culturel L’Odyssée pour présenter le projet aux habitants et aux associations locales intéressées par le projet désireuses de devenir Livres Vivants. Sur la saison deux autres Bibliothèques Vivantes auront lieu dans la métropole de Valenciennes. Retrouvez les dates dans notre agenda !

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Ce projet est en cours cette saison et l’aventure est ouverte aux habitant.e.s et aux associations locales.

Pour participer, contactez Céline Patarca au 09.53.64.69.65 ou actionculturelle@lageneraledimaginaire.com

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

 

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Les Bibliothèques Vivantes

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

18 | 11 | 17 ● Centre Culturel L’Odyssée ● Valenciennes

17 | 02 | 18 ● Café Tuchel ● Thivencelle

 

 

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Le carnet de bord de Sophie Boulanger et Sophie Affholder…

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Ouverture | Chasse Royale | Valenciennes

Trois étés, trois printemps, 2 hivers et 2 automnes soit 27 mois plus tard. La vache !

Ben justement elle, elle est toujours là, royale, baignée dans les rayons, la vache.

Et nous, les Sophie A et B,  nous revoilà en chasse, à l’affût de qui voudraient se raconter.

On a retrouvé ceux qu’on avait eu tellement de plaisir à écouter et on est prêtes à se laisser guider vers d’autres mémoires, de nouvelles histoires, des choses qu’on aimerait bien savoir.

Parce que, ce qu’il faut bien voir, c’est qu’on est curieuses… comme des vaches. 

Alors on va suivre les routes qu’on voudra bien nous indiquer, les chemins détournés auxquels on n’avait pas pensé.

On va se perdre dans les rues, les salles de classe et les cafés. Les C.D.I , les épiceries, les friteries et les « plus si affinités ». On va brancher nos antennes pour les trouver, les prochains vivants qui se livreront.

Oui, nous voilà parées. Matos vérifié:

-Des vêtements chauds, bottes et cirés, pour la réalité

-Les chargeurs des téléphones parce que c’est obligé        

-Les estomacs entrainés pour encaisser des litres de café

C’est bon, là, je crois qu’on peut y aller…

Exposition

Ça se passe au lycée professionnel d’Anzin.

Quand on explique le projet et que c’est toujours difficile de se comprendre, la première fois.

Quand on est face à face, deux artistes face à une classe.

Ce sont souvent les choses les plus simples qu’il est difficile d’expliquer. Parce que c’est toujours une histoire de rencontre, ces projets.

Une heure avant, on rencontrait Maryse, qui était prof ici. On causait pédagogie. Comment donner envie d’avoir envie.

« Mais ça sert à quoi, les livres vivants ? »

On répond rencontrer les autres, apprendre à parler de soi ; on répond curiosité, on répond on se croise mais on ne se connaît pas, ou on ne se reconnaît plus et des fois, ça manque, le lien. On répond se parler, on répond faire société. On répond lutter contre les préjugés. On s’embrouille.

Silence.

On reprend : c’est juste la question de la curiosité. Et cette question-là est personnelle. Être curieux c’est toujours un moteur. Un premier pas à faire qui va peut être te changer. Un risque à prendre.

« C’est payé ? » Sourire. Détente. Parler de soi, ok. Combien tu me donnes ?

Silence.

Ils écoutent quand même. Réflexion.

L’autre. L’ inconnu. L’inconnu qui va écouter mais aussi m’appréhender, me juger ? Se moquer ?

Silence.

Il y a ceux qui ont envie, ça se voit. Mais lever la main et le dire, c’est pas simple. Il y a ceux qui s’en foutent. Ils ont autre chose en tête.

Il est midi moins le quart, un troupeau d’anges passe.

« Et si on essayait tous ? Toute la classe ?  » demande une élève. Ok, on dit.

On signe pour un essai.

Apprendre ou à l’essai ?

On ne restera pas à la grille, la prochaine fois on entre.

 

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

En images

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Afficher l'image de fond