Rabot (Guillaume Draussin)

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Biographie

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● 

Là où il a grandi, Rabot avait 3 choix pour s’occuper : foot, chasse ou musique. Autant dire que le choix fut vite fait. Il prit alors les baguettes et commença à maltraiter les peaux des fûts de batterie de l’école de musique locale. Pas très fan de l’harmonie du village et du lever de coude un peu trop prononcé de son prof de batterie,  il commença à s’intéresser à la percussion africaine.  Après de nombreuses années  de pratique, il voyagea en Guinée et au Mali pour se perfectionner auprès de grands maîtres. A cette époque son jeu naviguait entre le funk et le rock des 70’s, le hip hop des 90’s et les rythmiques traditionnelles.

En parallèle il étudia dans le domaine forestier et environnemental, il en garda un profond intérêt, autant pour le côté manuel que pour la richesse qu’offre cet enseignement. Au même moment il rentra au conservatoire de Lille pour développer son jeu de batteur et percussionniste, il en sortit de nombreuses années plus tard avec un prix en jazz et en percussions afro-cubaines. Il multiplia les collaborations : Mortal Combo (Brass Gang de Rue), Pata Negra (Salsa Dura), Los del Pancho (musique colombienne), Sidi Wacho (Cumbia/hiphop) et bien d’autres. Aujourd’hui intermittent du spectacle, il continue de travailler ses instruments en voyageant, et particulièrement en Amérique latine. Son intérêt pour ce continent l’a d’ailleurs amené à créer la Cantina Latina : un collectif de musiciens et danseurs rassemblés autour des pratiques culturelles latines. Artiste polyvalent, la vie professionnelle de Rabot se partage entre musique, gestion de collectif et travail manuel au sein de son Workshop Tool Beaters.


Les projets de Rabot (Guillaume Draussin)

Merta

Afficher l'image de fond