Blaise Desjonquères

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Biographie

● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ● ●

Toute son enfance il eut deux porte-monnaies, un pour chaque poche de son pantalon. Un en francs français, l’autre en francs belges. A l’arrivée de l’Euro, il s’est demandé que faire de la poche restante… Au bout de sa rue se trouvait la frontière, son village allait d’un pays à l’autre, écrit en flamand prononcé « à la française », avec un gentilé ouvert : Hondschoote, « on se côtoie entre Hondscootois !» 34 ans, de rencontres, de découvertes, le tout le cul bordé de nouilles. Flamand français, ou français de Flandres, gorgé de plat pays, là où les frontières n’existent plus que dans les cahiers. Musicien du quotidien.

Virevolte entre les possibles, de la construction humaine, de la restauration d’une maison et de ses habitudes, de la vie au naturel, de l’ennui. C’est bon dans ce monde de fous. De la musique tous les jours. Tous les jours. Tous les jours, c’est maintenant, ma vie c’est beau, bien au chaud, du bon côté. Blanc bec, sécurité de la vie, j’mourrais pas de faim tout de suite. Un beau salaud. J’préfère p’tit con.


Les projets de Blaise Desjonquères

Europes

Afficher l'image de fond